Le terme générique « aides », recouvre différentes réalités : des conseils, de l’hébergement, des réductions de charges et d’impôts, des subventions. Elles sont nationales, internationales  ou locales.

Il s’agit par exemple :des aides de l’Etat ; les aides des collectivités locales ; les concours de création d’entreprise ; les banques, etc.

Les aides : conseil et accompagnement : un porteur de projet ne peut démarrer seul sans aide. A l’inverse, il ne doit pas se dispenser et perdre du temps à rechercher les bons interlocuteurs pour le type, le niveau et la durée de l’aide souhaitée et adaptée à ses besoins (accompagnement long, hébergement, conseils ponctuels).  Parmi ces interlocuteurs, certains sont payants d’autres gratuits.  

X.1. Les aides financières et fiscales    

Un porteur de projet peut rarement démarrer seul sans aide financière, à l’exception de certains projets de services. Le capital nécessaire pour démarrer est différent du capital social requis pour déposer les statuts. Il n’est pas très facile d’obtenir des aides. Pour obtenir des aides, les investisseurs et les banquiers demandent des preuves dans le business plan.

L’Etat et les collectivités locales proposent des aides financières avec des modalités différentes afin de favoriser la création d’activités et d’emplois.